En tant qu’organisation faîtière qui regroupe les quatre associations du marché de l’art (Association des Galeries Suisses, Syndicat Suisse des Antiquaires, Association des Commissaires-Priseurs et Association du Commerce d’Art), l’Association Marché d’Art Suisse (AMAS) agit pour la préservation des intérêts des acteurs du marché de l’art vis-à-vis des autorités, des organisations, des personnes privées et des médias. L’AMAS s’engage en faveur d’un dialogue dans les domaines politique et légal qui ne se ferme pas aux particularités du marché de l’art. Pour ces raisons, elle contribue activement à l’élaboration de la législation et de la politique en matière de culture. Pour que la Suisse conserve sa place sur le marché de l’art.

Au-delà des intérêts purement économiques, l’AMAS a également à cœur de mettre en avant l’importance culturelle du travail des membres des différentes associations. Un marché de l’art intact dont toutes les facettes sont préservées demeure une force motrice pour la vitalité de la place culturelle suisse. Ainsi, son expertise joue un rôle central dans la découverte d’artistes et le soutien à ces derniers, dans le cadre d’expositions ouvertes au public et de présentations dans les salons d’art, dans les coopérations avec des musées et des espaces d’art, dans l’édition de publications, dans l’échange avec les collectionneurs et enfin dans le soin des legs et archives.

Courant

Newsletter

La lettre d’information est envoyée quatre fois par an à tous les membres de l’association et à toutes les parties intéressées et rend compte des développements nationaux et internationaux dans les cinq dossiers principaux du VKMS et d’autres nouvelles du marché de l’art

Rapport annuel

Retrouvez ici le rapport annuel 2018

Conférence

La conférence de cette année sous le titre "THAT WAS THEN - THIS IS NOW" - nouveaux modèles commerciaux dans le marché de l'art a eu lieu le 22 octobre 2019 au schwarzencafe à Zurich

Abonnez notre newsletter

Association

Direction

Dr. Andreas Ritter, Avocat

Sécretariat

M.A. HSG Eleanor Münch

Dossiers

Droit d’auteur

L’AMAS s’engage pour que la législation en matière de droit d’auteur reflète les intérêts de tous les acteurs du marché de l’art, y compris à l’ère du numérique. Il a ainsi notamment été argumenté avec succès que l’introduction du «droit de suite» aurait clairement davantage de conséquences négatives sur le marché de l’art. Le renoncement à cette taxe supplémentaire lors de la vente d’une œuvre d’art sur le marché secondaire constitue un avantage qui profite à toutes les parties prenantes, y compris aux artistes. L’AMAS continue de prendre part aux discussions actuelles avec l’IPI (Institut fédéral de la propriété intellectuelle), l’OFC (Office fédéral de la culture) et ProLitteris, entre autres, notamment sur les thèmes de «l’art d’appropriation» ou de la «protection de la photographie», et informe ses membres de l’état de la législation et de la pratique.

Blanchiment d'Argent

L’AMAS participe activement aux conférences internationales sur le thème de l’art spolié et de l’investigation de la provenance et collabore avec des experts dans ces domaines. En même temps, elle échange à ce sujet avec le service spécialisé de l’OFC et répond en continu à des demandes de parties intéressées.

Protection des Biens Culturels

L’AMAS s’engage pour que la législation en matière de droit d’auteur reflète les intérêts de tous les acteurs du marché de l’art, y compris à l’ère du numérique. Il a ainsi notamment été argumenté avec succès que l’introduction du «droit de suite» aurait clairement davantage de conséquences négatives sur le marché de l’art. Le renoncement à cette taxe supplémentaire lors de la vente d’une œuvre d’art sur le marché secondaire constitue un avantage qui profite à toutes les parties prenantes, y compris aux artistes. L’AMAS continue de prendre part aux discussions actuelles avec l’IPI (Institut fédéral de la propriété intellectuelle), l’OFC (Office fédéral de la culture) et ProLitteris, entre autres, notamment sur les thèmes de «l’art d’appropriation» ou de la «protection de la photographie», et informe ses membres de l’état de la législation et de la pratique.

Biens Spoliés

L’AMAS s’engage pour que la législation en matière de droit d’auteur reflète les intérêts de tous les acteurs du marché de l’art, y compris à l’ère du numérique. Il a ainsi notamment été argumenté avec succès que l’introduction du «droit de suite» aurait clairement davantage de conséquences négatives sur le marché de l’art. Le renoncement à cette taxe supplémentaire lors de la vente d’une œuvre d’art sur le marché secondaire constitue un avantage qui profite à toutes les parties prenantes, y compris aux artistes. L’AMAS continue de prendre part aux discussions actuelles avec l’IPI (Institut fédéral de la propriété intellectuelle), l’OFC (Office fédéral de la culture) et ProLitteris, entre autres, notamment sur les thèmes de «l’art d’appropriation» ou de la «protection de la photographie», et informe ses membres de l’état de la législation et de la pratique.

TVA / Douane

L’AMAS fait face aux défis de l’ère numérique et de ses conséquences sur les activités des marchands d’objets d’art et d’antiquités, des commissaires-priseurs et des galeristes. Un vif échange d’opinions est en cours, notamment avec des experts de la technologie.

Au-delà des intérêts purement économiques, l’AMAS veut mettre en avant l’importance culturelle du travail des membres des quatre associations du marché de l’art. Un marché de l’art intact demeure une force motrice pour la vitalité de la place culturelle suisse. Pour pouvoir poursuivre ce travail important également à l’avenir, il convient de mener avec les instances des domaines politique et légal un dialogue qui ne se ferme pas aux particularités du marché de l’art.

Evolutions diverses sur le marché de l’art

L’AMAS s’engage pour que la législation en matière de droit d’auteur reflète les intérêts de tous les acteurs du marché de l’art, y compris à l’ère du numérique. Il a ainsi notamment été argumenté avec succès que l’introduction du «droit de suite» aurait clairement davantage de conséquences négatives sur le marché de l’art. Le renoncement à cette taxe supplémentaire lors de la vente d’une œuvre d’art sur le marché secondaire constitue un avantage qui profite à toutes les parties prenantes, y compris aux artistes. L’AMAS continue de prendre part aux discussions actuelles avec l’IPI (Institut fédéral de la propriété intellectuelle), l’OFC (Office fédéral de la culture) et ProLitteris, entre autres, notamment sur les thèmes de «l’art d’appropriation» ou de la «protection de la photographie», et informe ses membres de l’état de la législation et de la pratique.

Contact

AMAS

Association Marché d’Art Suisse
C.P. 3226 
Höschgasse 28
8034 Zürich

info@kunstmarktschweiz.ch
+41 44 269 66 88

Promoteurs